A- A A+

Colloque : maladie d'Alzheimer, répit et thérapeutique sont indissociables

Publié le 04/04/2014

 

Quand la maladie d’Alzheimer frappe, c’est un groupe qui souffre.

 

Le malade, dont les liens intrapsychiques se distendent et le plongent dans le désarroi.

L’entourage qui aime et compatit, c’est-à-dire qui souffre avec, qui donne beaucoup et s’épuise, lui aussi dans le désarroi.

Les soignants qui doivent réinventer chaque jour un art difficile : que dire ? que faire ? comment s’y prendre avec ce malade et son entourage ?

 

Les temps de pause et de répit offerts par l’accueil de jour, peuvent les aider. Les autorisant à rassembler ce que le désordre de la maladie éparpille.

L’accueil de jour : répit pour les aidants et thérapeutique pour les malades.

S’il permet le répit, donne l’opportunité de « souffler », de vaquer à ses occupations personnelles, il ne fait pas disparaître le souci de celui ou de celle que l’on veut accompagner.

Plus encore, l’accueil de jour a une vocation thérapeutique car ces temps de pause sont mis à profit pour proposer au malade un élargissement de ses contacts sociaux, des activités, un suivi psychologique dans certains cas.

L’aidant pourra bénéficier dans le même intervalle de temps d’une consultation d’aide aux aidants, par exemple. Idéalement dans le cadre d’une plateforme de répit.

Ce sera le thème du colloque « répit et thérapeutique sont indissociables » le 3 juin à Lyon organisé par l’Hôpital de Fourvière.

 

Télécharger le programme

 

< Retour à la liste des actualités

OVE - Direction générale - 19 rue Marius Grosso - 69120 Vaulx-en-Velin - tél. 04 72 07 42 00